MISSION DE JANVIER 2019 (final)

Le jour se lève, les temples d’Angkor se détachent à peine, au loin, dans une brume lourde chargée de poussière rouge… Sans la ressentir encore, la chaleur au niveau du sol interpelle… Alors que l’avion doucement incline sa trajectoire, et salue le Cambodge, avant de s’y poser.

Nous sommes le 16 janvier. 

Depuis 6 mois nous préparons cette nouvelle mission à la demande de médecins du nord de la France. 

Siem Reap nous accueille pour les derniers préparatifs avant de réceptionner l’équipe médicale.

Le manque d’environnement sanitaire et pharmaceutique est évident et nous frappe à chacune de nos missions. Raison pour laquelle nous avons encore accepté ce challenge.

Les carences, dans ce secteur sont déjà palpables en ville… Il suffit de passer devant l’hôpital pour enfants de Siem Reap… Et impressionnantes dans les campagnes… Raisons pour lesquelles nous avons choisi les villages complètement démunis, du nord-est du pays, entre Sisophon, Otdar Meanchey et la frontière thaïlandaise.

Notre objectif n’est pas de refaire le monde mais de calmer la souffrance de ces populations dont le moindre bobo prend des proportions insensées, par manque de moyens.

Des dispensaires existent, sans médecin ni médicament… Souvent inaugurés la veille des élections…….leur fonction principale étant d’apparaitre dans la presse locale pour flatter quelques politiques !

Notre ami de toujours, fidèle et indispensable, le professeur Penh Lamuth, a pris, une fois de plus les choses en main…

Durant des mois, il prépare notre expédition, réunit les autorisations nécessaires, détermine les sites de consultation, fait prévenir les villageois du passage de l’équipe……

Ce travail est gigantesque et ne peut aboutir que grâce à quelqu’un de sa trempe que rien ne ralentit…..il parvient à faire adhérer chefs de village, gouverneurs de région, responsables politiques, à notre projet !

Le résultat est à la mesure de ses efforts … Magnifique… Et le 20 lorsque l’équipe médicale se pose à Siem Reap, avec 60 kg de médicaments dans les valises, tout est prêt pour l’action.

La partie française de la mission est composée de 2 médecins et 2 infirmières aguerris par des années d’intervention dans différents pays.

La partie cambodgienne est composée de notre ami Penh et 2 jeunes femmes, médecins gynécologues, indispensables pour les traductions……

Le 22 au matin, départ de l’équipe française  pour rejoindre l’équipe cambodgienne à Sisophon, que nous rallions en 2h.

En début d’après midi, les consultations débutent et vont s’étendre sur 8 jours.

Les sites d’examens retenus sont les écoles des villages. A chaque étape une salle de classe est mise à notre disposition.

Les villageois, prévenus, nous attendent déjà, et notre premier travail est de les canaliser…

Parfois une centaine de villageois patiente, assis par terre…

L’organisation est sans faille :

– Aménagement rapide des bureaux d’élèves pour créer 2 tables d’examen, 2 bureaux de consultation pour les médecins, emplacement pour la pharmacie et les examens de vue.

– Comptage et orientation des consultants.

Chaque malade, après enregistrement, est introduit et de suite pris en main par les 2 infirmières.. Prise de tension, température… Puis examen par les médecins.

Chaque médecin est accompagné d’une gynécologue traductrice… Les infirmières délivrent ensuite les traitements prescrits, traductions faites par Penh.

Consultations et médicaments sont gratuits.

Nous sommes tous très satisfaits de notre organisation… Chacun a sa place et peut assumer sa fonction sans gène pour les autres.

517 villageois vont bénéficier de soins…..du bébé au vieillard ….ainsi que quelques bonzes…

Les pathologies rencontrées sont proches des nôtres. La tuberculose est malheureusement très fréquente ainsi que le diabète, ceci en raison du sucre très présent dans la cuisine du pays.

Les dermatoses sont nombreuses et impressionnantes…

Certaines pathologies ne peuvent être que constatées…

Les infirmières ont à traiter maintes blessures et petites infections…

La gentillesse des malades et l’accueil que la population nous réserve, nous font chaud au cœur.

Au delà des soins nous apportons un peu de sérénité à ces villageois… Notre objectif est atteint !

Nos récompenses sont nombreuses… Invitations à déjeuner… Fête d’une école…Visite d’une mine d’or et même repas de mariage !

La conclusion de notre expédition est simple :  le bonheur que l’on ressent est proportionnel à celui que l’on donne.

Voir un enfant sourire parce que sa blessure ne le fait plus souffrir…

Voir une grand mère pleurer de bonheur parce que ses nouvelles lunettes  lui permettent de recommencer à coudre, est l’essence même de notre action et notre immense récompense.

Siem Reap le 31/01/2019


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *